Michel Bon sur www.partageduprofit.com : « Gros salaires et actionnariat »

12.03.12

Avec la campagne présidentielle, la pêche au gros…salaire s’est ouverte avec éclat. Il est probable qu’il en restera des traces, quel que soit le candidat él

Plutôt que défendre l’indéfendable : « Oui, je vaux à moi tout seul plusieurs centaines de smicards », ou au contraire « On a rien à perdre au départ de ces gens là », il vaudrait mieux trouver une solution. Cherchons-la du côté des PME : leurs patrons se versent rarement des salaires aussi importants, et personne ne les montre du doigt, au contraire. Mais quelques-uns ont la possibilité de faire fortune, s’ils réussissent bien, en revendant leur entreprise.

Doit-on donc instituer un système qui décourage d’aller dans nos grandes entreprises ceux qui ont envie, sinon de faire fortune, du moins de se constituer un patrimoine de quelques millions d’euros ? Ce serait stupide, on a besoin d’entrepreneurs aussi dans les équipes de direction des grands groupes, et il faut donc que leur rémunération leur permette de constituer ce patrimoine. Si ce n’est plus possible par le salaire, comment y parvenir ?

Par l’actionnariat, bien sûr. Plutôt qu’établir une fiscalité confiscatoire, pourquoi ne pas obliger les personnes qui ont un salaire supérieur à une certaine somme à investir la partie supérieure à ce montant en actions de leur entreprise, qui ne pourraient être débloquées qu’au bout d’une longue période ?

Les comptes des entreprises, qui ne devraient plus débourser 10 pour que leurs dirigeants disposent de 1 après charges sociales et impôts en profiteraient. Et la morale offensée par les gros salaires pourrait associer gain et réussite, ce qui semble lui convenir dans le cas des artistes ou des footballeurs.

Michel Bon

Président de FONDACT, Président du Conseil de Surveillance de DEVOTEAM, ancien Président de Carrefour et de France Telecom.


Par 
En relation avec cet article :
, , , , , , , , ,



Laisser un commentaire

  4 J'ai trouvé ce sujet très intéressant

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Merci de corriger les champs incomplets


 

  1. JpBidault

    13.03.12

    Oui aux salaires qui mesurent le talent et récompensent la réussite